Rechercher

POINT MARCHES JANVIER 2022


Point sur les marchés… Un début d'année volatile !


L’évolution des marchés financiers de ce début d’année 2022 est riche en rebondissements et amène parfois à certaines interrogations. Dans ce cadre, nous vous proposons une lettre d’actualité économique et financière, vous permettant d’être informés des dernières nouvelles impactant la stabilité des marchés financiers.


Baromètre des indices boursiers

Pour comprendre la direction prise par les marchés financiers depuis le début de l’année, vous trouverez ci-dessous l’évolution des principaux indices boursiers depuis le 1er janvier 2022 :

Performances depuis le 1er janvier au 28/01/2022

Comme le démontre l’évolution des principaux indices boursiers ci-dessus, les marchés financiers connaissent une légère baisse en ce début d’année 2022. Bien que ces variations puissent paraître élevées en l’espace d’un mois, rappelons qu’en 2021, les marchés financiers ont connus dans la plupart des pays d’importantes hausses. Retrouvez ci-dessous la performance des principaux indices boursiers en 2021 :

Performances 2021


Inflation

Parmi les principaux facteurs impactant les marchés financiers depuis le début de l’année, la hausse de l’inflation s’avère être le facteur prépondérant. Mais pourquoi connaissons-nous une telle hausse de l’inflation ? En décembre 2021, l’inflation a atteint des niveaux qui n’avaient plus été enregistrés depuis plusieurs décennies. Dans la zone euro, celle-ci s’élève à 5% sur un an. Même constat en Grande-Bretagne où l’inflation est au plus haut depuis 30 ans, ainsi qu’aux Etats-Unis où les prix à la consommation ont augmenté de 7 % en 2021, un rythme que le pays n’avait plus connu depuis 1982. Cette hausse de l’inflation résulte directement de la crise sanitaire de 2020 qui a provoqué l’arrêt total de nombreuses économies, et la baisse de l’inflation. En 2021, la reprise a été forte et rapide dans toutes les économies, les injections de liquidités par les banques centrales pour surmonter la crise, l’excès d’épargne accumulée en 2021 qui a conduit à une forte consommation l’année suivante, l’augmentation des prix des matières premières, autant de facteurs qui ont participés à la forte hausse de l’inflation en 2021.

Hausse des prix durable ou phénomène temporaire ? Dans les deux cas, une telle situation n’est pas tenable car elle participe à la diminution de la valeur de la monnaie, et ainsi à la perte de pouvoir d’achat des consommateurs. C’est pourquoi cette situation pousse les banques centrales à réagir pour freiner la hausse précipitée de l’inflation. La première arme des banques centrales pour lutter contre cette hausse est la fixation des taux d’intérêts directeurs. Ces derniers étaient maintenus entre 0% et 0,25% depuis mars 2020, afin de minimiser les impacts de l’arrêt de l’économie. La reprise des activités économiques et la forte inflation laissait penser depuis quelques semaines déjà à une augmentation des taux directeurs. Les marchés financiers sont très sensibles à ces hausses de taux d’autant plus qu’ils ont été boostés depuis 2020 par les politiques monétaires particulièrement accommodantes des banques centrales. La hausse des taux est censée réduire l'inflation. Parallèlement, cela pourrait mettre un coup d'arrêt aux marchés financiers et mettre en péril de nombreux secteurs d’investissement. Avec un argent plus cher, les investisseurs seront moins enclins à aider certaines entreprises (celles qui ne sont pas encore rentables par exemple) et pourront privilégier les valeurs sûres. À ce jour, seule la Fed (banque centrale des Etats-Unis) a annoncé une prochaine hausse de ses taux directeurs, qui pourrait débuter au mois de mars 2022. Première économie mondiale, les Etats-Unis représente le baromètre de l’économie, et l’effet d’une hausse des taux américains se fait ressentir sur les marchés mondiaux. Bien que la Banque Centrale Européenne ne prévoie pas de remonter ses taux, soulignant que l'inflation devrait se calmer en cours d'année, l’économie américaine exerce une telle influence qu’elle pourrait à elle seule affecter de manière négative les marchés financiers.

Géopolitique


Autre facteur cette fois-ci géopolitique pesant lourd sur les marchés financiers en ce début d’année 2022 : les tensions sur l’Ukraine. Les pays occidentaux s'inquiètent d'une possible intervention militaire russe en Ukraine dans les prochains jours ou semaines et accentue ainsi l'inquiétude des investisseurs, qui préfèrent se défaire des actifs risqués tels que les actions. Au-delà des deux pays au cœur de ce conflit, l’ensemble des Etats membres de l’Otan sont impactés puisque son secrétaire général a fait savoir que chaque pays membre de l’alliance plaçaient leurs forces armées en état d'alerte et allaient envoyer des renforts en Europe de l'Est.


Données économiques

Aux Etats-Unis, la croissance a atteint 6,9% en rythme annuel, contre 5,6% attendu. Sur l'ensemble de 2021, le produit intérieur brut (PIB) des États-Unis a progressé de 5,7 %, sa plus forte hausse depuis 1984. Autre bonne nouvelle, le recul des inscriptions hebdomadaires au chômage, au nombre de 260.000, après trois semaines de hausse. En France, l’INSEE a publié en ce vendredi 28 janvier le taux de croissance 2021 qui atteint 7%, du jamais vu depuis 52 ans. Cette donnée est à relativiser puisqu’elle intervient après une récession record en 2020 de -8%. Cependant, il est à souligner qu’avec une croissance de 0,7% au quatrième trimestre 2021, l'économie française "dépasse désormais nettement" son niveau d'avant crise sanitaire, souligne l'Institut national de la statistique.

Saison des résultats

Une nouvelle année est synonyme de saison des résultats d’entreprises, ainsi, les publications ont débuté cette semaine et sont très attendues. En effet, après une forte croissance des marchés financiers en 2021, les investisseurs espèrent d’excellentes nouvelles, mais restent méfiants avec un quatrième trimestre perturbé par l’arrivée du variant Omicron, la persistance de l’inflation et la crainte d’un resserrement monétaire de la part de la Fed. Pour cette première semaine de publication, les résultats d’entreprises qui jouent un rôle crucial sur l’humeur du marché sont mitigés et maintiennent ces derniers dans une forte volatilité avec beaucoup d’incertitudes.

CONCLUSION

En ce début d’année 2022, les marchés financiers sont très hésitants, preuve en est l’augmentation de l’indice de volatilité VIX à 34%, niveau qui n’avait plus été atteint depuis avril 2020. Tiraillés entre certains bons indicateurs économiques, le resserrement politique de la Fed, les tensions géopolitiques et les résultats des entreprises, les marchés financiers sont soumis à une forte nervosité et ne semblent pas prendre une direction claire. La bataille est installée entre les optimistes, qui pensent que le marché va continuer de monter car l’économie est solide, et les pessimistes, qui pensent que le marché a atteint son sommet et ne peut que descendre. Cette période pleine d’incertitudes appelle à la prudence… Ainsi, nous rappelons que les marchés financiers sont régulièrement marqués par des phénomènes de forte volatilité. Il est malheureusement impossible pour quiconque de prédire quelle direction va prendre le marché. Toutefois, après une année 2021 remarquable, nous pouvons naturellement penser que l’année 2022 ne prendra pas la même trajectoire, mais pourrait connaître une période de consolidation, suivie d’une poursuite de la hausse, ou d’une tendance à la baisse. À l’heure actuelle, la quasi-totalité des secteurs d’investissement connaissent une période de forte volatilité, il est donc difficile d’imaginer quels pourront être les secteurs porteurs en 2022. Ainsi, nous rappelons que l’horizon d’investissement sur les marchés financiers est supérieur à 5 ans et préconisons à nos clients qui n’ont pas besoin de liquidités à court terme de ne pas intervenir sur les contrats pour le moment. Battre le marché est éminemment difficile, et tenter d’anticiper ses variations se révèle souvent inefficace, voire néfaste. De plus, comme nous pouvons le voir sur les courbes des principaux indices boursiers présentés en annexe à la fin de document, les phases de correction ont lieux sur des périodes courtes, et sont rapidement effacées par les hausses qui les succèdent.

Annexes


Graphique des indices boursiers sur 10 ans au 28/01/2022



CAC 40




EURO STOXX 50




S&P 500




NASDAQ 100


83 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout